Des agents de l'aéroport de Doha ont fait descendre d'avion des passagères d'un vol à destination de Sydney (Australie), le 2 octobre, après la découverte d'un enfant nouveau-né prématuré abandonné dans les toilettes de l'aéroport international.Marise Payne
Le Qatar face au scandale d'examens gynécologiques forcés à l'aéroport de Doha

Des femmes ont subi des examens gynécologiques forcés lors d'une escale au Qatar, le 2 octobre. La raison : la découverte d'un nouveau-né prématuré abandonné dans les toilettes de l'aéroport international de Doha, la capitale du Qatar. Des agents de l'aéroport de Doha ont fait descendre d'avion des passagères d'un vol à destination de Sydney (Australie). Elles ont été contraintes de subir des examens gynécologiques pour savoir si l'une d'entre elles avait accouché récemment.

Le gouvernement du Qatar n'a pas réagi à l'incident de l'aéroport malgré la réaction furieuse de la ministre australienne des Affaires étrangères, Marise Payne, qui a qualifié l'incident d'"extrêmement perturbant, choquant, préoccupant".

La direction de l'aéroport n'a présenté aucune excuse mais a déclaré que l'enfant était vivant et était soigné. "Les personnes qui avaient accès à la zone spécifique de l'aéroport où le nouveau-né a été trouvé ont été priées d'aider à la recherche", a-t-elle indiqué dans un communiqué.

"Une décision choquante"

Ce scandale pourrait porter un coup aux efforts déployés par le riche pays du Golfe pour améliorer son image avant le...

Protégez vos proches avec des solutions de Téléassistance !

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !