Le président du club italien a expliqué, dans un sourire, les difficultés sportives de son attaquant par sa couleur de peau. « Une blague mal interprétée », a ensuite justifié Brescia.
Le problème de Mario Balotelli ? « Il est noir », ironise le président de Brescia

C’est une blague qui risque d’amuser certains dans les virages des stades italiens, moins Mario Balotelli, victime récurrente d’insultes racistes dans son pays. Interrogé lundi 25 novembre par des journalistes sur les raisons du « problème Balotelli », Massimo Cellino, président du club de Brescia, a répondu en ces termes, le sourire aux lèvres :

« C’est qu’il est noir. Que voulez-vous que je vous dise… Il travaille pour s’éclaircir (la peau) mais il a du mal. »

Massimo Cellino, homme d’affaires sarde ayant fait fortune dans le négoce agricole, client régulier des tribunaux italiens (condamné pour fraude comptable, fraude fiscale), est une personnalité du football italien. Il a dirigé le club de Cagliari durant vingt-deux ans, se faisant connaître par sa propension à licencier ses entraîneurs, avant de laisser de mauvais souvenirs dans le club de Leeds, dont il fut propriétaire de 2014 à 2017, puis de racheter Brescia, il y a deux ans.

Cellino a prononcé cette phrase devant la presse en marge d’une réunion de la Ligue italienne de football, trois semaines après que Mario Balotelli, son attaquant star, a été...

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !