Au cœur de la majestueuse forêt du nouveau parc national de Champagne et Bourgogne, l'immense oiseau a trouvé un gîte à sa démesure La lumière du jour filtre, dans un camaïeu de verts,..
Le paradis des arbres

Au cœur de la majestueuse forêt du nouveau parc national de Champagne et Bourgogne, l’immense oiseau a trouvé un gîte à sa démesure

La lumière du jour filtre, dans un camaïeu de verts, à travers la canopée. Un tapis de mousses moelleuses et humides matelasse le pied de cet arbre, le plus vieux sycomore de la forêt, un érable d’au moins 200 ans. Couvert d’une écorce dont les lambeaux évoquent des rangées de tuiles gris souris, son tronc fier et droit s’élance vers le ciel. Il faut se mettre à deux pour l’embrasser. Ses feuilles au pétiole rougeâtre et au limbe découpé en cinq commencent à se teinter aux couleurs de l’automne. « Je n’imagine pas une forêt sans arbres mythiques comme celui-là », s’émerveille Jean-Jacques Boutteaux, responsable ONF du massif d’Auberive, en Haute-Marne. Pour arriver jusqu’à cet arbre unique, marqué d’un rond bleu signalant son caractère exceptionnel, nous avons coupé à travers bois, les bras griffés par les ronces, enjambant des souches biscornues, écartant les fines branches des noisetiers et des multiples essences qui se développent sous les arbres dominants. Le forestier a voulu nous faire partager le plaisir qu’il ressent face à cette merveille de la nature. Un peu plus loin, il montre « un beau jeune » de 20 centimètres de diamètre, tout juste quinquagénaire. Un rond bleu sur le torse, lui aussi. « Un sprinteur qui va s’imposer », précise-t-il. Premier à atteindre...

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !