Les personnes ayant fui les guerres ou les crises étaient au nombre de 82,4 millions en 2020, contre environ 40 millions en 2010.
Le nombre de déplacés dans le monde a doublé en dix ans, selon l'ONU

Pour la neuvième année consécutive, les déplacements forcés ont augmenté dans le monde. Le nombre de "personnes déracinées" fuyant les guerres, les persécutions et les exactions a atteint un record de 82,4 millions en 2020, un chiffre deux fois plus élevé qu'il y a dix ans, selon le rapport annuel de l'Agence de l'ONU pour les réfugiés, publié vendredi 18 juin. Aujourd'hui, 1% de l'humanité est déplacé.

Le nombre de réfugiés, de personnes déplacées à l'intérieur de leur pays et de demandeurs d'asile a progressé de 4% en 2020 par rapport au chiffre déjà record de 79,5 millions fin 2019. Pendant la pandémie, "tout s'est arrêté, y compris l'économie, mais les guerres, les conflits, la violence, les discriminations et les persécutions, tous ces facteurs qui poussent les gens à fuir, ont eux continué", décrit le chef de l'Agence des Nations unies pour les réfugiés, Filippo Grandi.

La Syrie, principal pays de départ

"Le grand saut concerne le chiffre des personnes déplacées à l'intérieur de leur propre pays", qui s'élève maintenant à 48 millions, "un nombre sans précédent", selon Filippo Grandi. Principalement engendré par les crises en...

En participant à notre grand jeu de l'été, remportez des chèques cadeaux d'une valeur de 500 € et un mois gratuit à notre offre de divertissement Hedony !