Depuis une semaine, les collaborateurs du « Monde » travaillent quasiment tous depuis leur domicile. Une situation inédite pour les journalistes, mais qui n'a pas empêché le quotidien de paraître et le site Lemonde.fr de connaître un afflux de connexions sans précédent.
« Le Monde » au temps du coronavirus, une rédaction presque entièrement confinée

L’immeuble du Monde, dans le 13e arrondissement parisien, est comme hanté depuis le début du confinement. Certes, quelques rares salariés s’y rendent encore : personnel de sécurité, équipes informatiques, membres de la hiérarchie de la rédaction… Une quinzaine de personnes par jour tout au plus.

Dans les espaces de bureaux, des dizaines d’écrans d’ordinateurs sont pourtant allumés et comme activés par une force invisible. Devant des fauteuils vides, des fenêtres s’ouvrent et se ferment sur les écrans, les curseurs se déplacent, des lettres, des mots, des phrases, des pages apparaissent.

José Bolufer, le directeur informatique du groupe Le Monde, entré au journal en 1988, n’oubliera jamais le sentiment qui l’a envahi quand il a traversé ces bureaux déserts et qu’il a senti la rédaction malgré tout – et plus que jamais – au travail. « En pointe, nous avons atteint jusqu’à 530 connexions simultanées à distance », note-t-il. Ces connexions dites « VPN » (pour réseau virtuel privé) qui permettent de prendre à distance le contrôle de son propre ordinateur de bureau.

Le mardi 17 mars, les locaux se...

Bien être - Comment bien dormir malgré le confinement ?

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !