Dans « Encore heureux », Benoît Graffin fait coexister l'amour et le désespoir au sein d'une famille confrontée à la crise.
Le couple Edouard Baer-Sandrine Kiberlain à l’épreuve du chômage, sur W9

W9 - JEUDI 25 JUIN À 21 H 05 - FILM

Bien que Noël constitue l’un des points culminants du récit familial que déroule Encore heureux, le film de Benoît Graffin n’est pas un conte de Noël mais bien un conte de l’après-fêtes et des mois de janvier moroses, où les sapins effeuillés gisent seuls dans les rues froides. Encore heureux sonne plus souvent comme une question que comme une exclamation, et plus souvent au féminin : peut-on encore être heureuse en famille et en couple lorsque, après deux ans de recherche, son conjoint n’a toujours pas retrouvé d’emploi, et envisage très sérieusement de faire vivre la famille en revendant sur eBay des objets trouvés dans la poubelle ?

Le film de Benoît Graffin s’ouvre avec le premier jour de chômage de Sam (Edouard Baer). Est-il un fainéant ? Un découragé ? Un méritant victime de la crise ? Toutes les hypothèses s’envisagent, mais Sam reste dans l’ombre : c’est du point de vue de Marie (Sandrine Kiberlain) que se raconte l’histoire, et Marie, à tort ou à raison, a, deux ans après, bien du mal à croire encore en Sam. On lui jetterait difficilement la pierre.

Cette...

En participant à notre grand jeu de l'été, remportez des chèques cadeaux d'une valeur de 500 € et un mois gratuit à notre offre de divertissement Hedony !