Le loueur de voiture a été malmené par la crise du coronavirus et a annoncé s'être placé en faillite dans ces deux pays d'Amérique du Nord. Ses activités en Europe restent intactes
Le coronavirus pousse Hertz à la faillite aux Etats-Unis et au Canada

Le coronavirus aura eu raison de Hertz aux Etats-Unis et au Canada. « L’impact de Covid-19 sur la demande de voyages a été soudain et dramatique, entraînant une baisse brutale des revenus de la société et des réservations futures », a indiqué le loueur de voiture dans un communiqué, rapporte Le Figaro.

Le groupe s’est placé sous le régime américain des faillites (chapitre 11) pour ses activités dans ces deux pays d’Amérique du Nord. Les autres marchés d’activités de Hertz, notamment en Europe, en Nouvelle-Zélande et en Australie, ne sont pas concernés par cette situation, tout comme ses sites franchisés.

Hertz assure avoir supprimé « toutes les dépenses non essentielles », pour tenter de faire face aux conséquences de l’épidémie. Fin avril, l’entreprise avait ainsi annoncé la suppression de 10 000 emplois en Amérique du Nord, ce qui représentait près de 26 % de ses effectifs mondiaux. Mais la mesure n’a pas été suffisante, d’autant que « l’incertitude demeure quant au retour des revenus et à la réouverture complète du marché (...) ce qui a nécessité l’action d’aujourd’hui », précise le groupe.

Récession. Le...

Contribuez à sauver des milliers d'enfants : en savoir plus sur le leg Unicef

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !