L'ancien secrétaire d'État italien devenu conseiller d'Édouard Philippe est soupçonné d'avoir travaillé avec le gouvernement maltais tout en étant à Matignon. 

L'ancien secrétaire d'État italien devenu conseiller d'Édouard Philippe, Sandro Gozi, quitte Matignon. Mercredi 23 octobre, il a annoncé dans un courrier transmis à l'AFP sa démission, après avoir été soupçonné d'avoir travaillé avec le gouvernement maltais tout en étant à Matignon.

Dénonçant de "viles attaques", l'Italien a décidé "à contre-coeur" de démissionner pour "retrouver la pleine liberté de parole" afin de se défendre et "éviter toute instrumentalisation politique qui pourrait porter préjudice au chef du gouvernement" français. Matignon a indiqué à l'AFP "prendre acte de sa décision qui lui permettra d'apporter sereinement toutes les explications nécessaires" et a dit "remercier" Sandro Gozi "pour le travail accompli depuis août".

Il était chargé, auprès d'Edouard Philippe, du suivi de la mise en place des nouvelles institutions européennes et des relations avec le Parlement européen.

Un contrat avec Malte

Lundi, Le Monde et le quotidien maltais Times of Malta avaient affirmé que Sandro Gozi avait signé un contrat de conseil avec Malte en juin 2018. Le gouvernement maltais, comme Sandro Gozi, avaient dans un premier temps déclaré au...

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !