Le déboisement est une préoccupation dans toute l'Afrique, du Maghreb aux zones équatoriales en passant par le Sahel. Principale responsable : la fabrication du charbon de bois.
Le charbon de bois, le plus grand ennemi de la forêt africaine

Le commerce des grumes n’est pas le seul responsable. La fabrication du charbon de bois est un gros dévoreur de la forêt africaine. Il est essentiel pour les familles qui n’ont pas d’autres sources d’énergie pour cuisiner. Ainsi en République démocratique du Congo, près de 90% des foyers en font usage, y compris en zone urbaine. A Kinshasa, la capitale, la consommation de charbon de bois est estimée à 4,8 millions de mètres cubes par an.

Reportage AFP Video /JUNIOR KANNAH, SAMIR TOUNSI, ALEXIS HUGUET

La forêt du bassin du Congo, deuxième massif tropical après l’Amazonie, souffre du déboisement lié à la fabrication du charbon de bois. Autour de la capitale, il n'y a plus d'arbres à l'est sur les plateaux Bateke ou au bord du fleuve, ni à l'ouest, sur les collines le long de la route qui va à Matadi.

"Kinshasa consomme cinq millions de tonnes de bois par an, qui proviendraient de l'exploitation d'environ 60 000 hectares de forêts naturelles périurbaines", avance l'organisme français du Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (Cirad).

Le sanctuaire des gorilles menacé

A Goma, dans le Nord-Kivu (est du pays),...

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !