Le « bull market », le marché haussier : cela fait des années que le monde occidental profite d'une hausse quasi ininterrompue du cours de ses entreprises cotées
Le «bull market», c’est terminé. C’est grave docteur ?

Wall Street, notamment, vivait le plus long « bull market » de son histoire. Il avait débuté en mars 2009, au pic de la déprime post crise des subprimes. Il a officiellement pris fin jeudi soir à l’issue de la séance noire qui a balayé la planète.

Du pic de la déprime en mars 2009, donc, au pic de l’optimisme le 19 février dernier, – il y a moins d’un mois – l’indice S&P 500 avait bondi d’environ 400 % sans jamais subir une baisse de 20 %.

Il y a eu des moments de doute au cours de ces onze années, des séances de forte déprime mais à aucun moment la bourse n’a accumulé 20% de baisse. C’est fait aujourd’hui : depuis le pic d’optimisme du 19 février, le S&P 500 a perdu 26%. Ce qui met fin, techniquement, au « bull market » et fait entrer le grand indice américain dans un « bear market », un marché baissier.

Le CAC 40, c’est pire encore, puisque sa chute dépasse 30% depuis le point haut du 19 février. Le coronavirus nous fait entrer dans un nouveau monde sanitaire, économique et, par ricochet, boursier.

On ne sait pas encore quand et comment se termineront la crise sanitaire et économique. On sait en revanche que la Bourse...

Vous aussi vous avez un peu de temps devant vous ? Profitez de 30 jours d'essai gratuit à Prime Video pour voir et revoir tous les films et séries préférés.

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !