L'ancien patron des sénateurs écologistes s'est refusé à tout commentaire.
L'ancien secrétaire d'Etat Jean-Vincent Placé (ex-EELV) visé par une enquête pour "harcèlement sexuel" après la plainte d'une ancienne collaboratrice

Une ex-collaboratrice de Jean-Vincent Placé a déposé plainte le 22 novembre contre l'ex-secrétaire d'Etat écologiste, l'accusant de "harcèlement sexuel", a appris franceinfo jeudi 2 décembre auprès du parquet de Paris. D'après l'AFP et Mediapart, les faits se sont déroulés entre 2012 et 2016.

Contacté par l'AFP, Jean-Vincent Placé a dit "prendre acte" de la plainte. "Je ne souhaite pas à ce stade de la procédure faire un quelconque commentaire", a ajouté l'ex-patron des sénateurs écologistes. L'enquête a été confiée à la Brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP).

Des faits en partie déjà dénoncés

Des bribes des faits dénoncés aujourd'hui par l'ancienne collaboratrice de l'élu, Audrey*, avaient été évoqués pour la première fois en 2018 par Libération : lors d'un déplacement à Rome, Jean-Vincent Placé lui aurait "ordonné de danser un slow" avec le sénateur centriste François Zocchetto. Un an plus tard, Audrey avait témoigné anonymement sur France 3, indiquant que l'ex-maire UDI de Laval l'avait "agrippée", "pressée contre lui" et lui avait mis une "main bas dans le dos".

François Zochetto avait renoncé à se...