Abondamment relayée, une carte satellitaire de la Nasa montre en rouge incandescent la zone des départs de feu qui prennent le coeur du continent en écharpe, du Gabon à l'Angola, de..

Abondamment relayée, une carte satellitaire de la Nasa montre en rouge incandescent la zone des départs de feu qui prennent le coeur du continent en écharpe, du Gabon à l'Angola, de l'Atlantique à l'Océan indien.

La thèse embrase des esprits surchauffés: ces jours-ci, les forêts d'Afrique centrale brûleraient encore plus vite que l'Amazonie, et dans l'indifférence générale contrairement aux incendies au Brésil qui ont enflammé les discours des grandes puissances réunies en France jusqu'à lundi. Mais il ne s'agit pas d'incendies de même nature et leurs causes sont différentes.

Abondamment relayée, une carte satellitaire de la Nasa montre en rouge incandescent la zone des départs de feu qui prennent le coeur du continent en écharpe, du Gabon à l'Angola, de l'Atlantique à l'Océan indien.

Feux en Amérique du Sud et en Afrique https://t.co/M9a3O0YoS3#Fire#SouthAmerica#Africapic.twitter.com/VPCo3dY9je

— Valéry Rasplus (@ValeryRasplus) August 21, 2019

L'inquiétude est remontée jusqu'au G7 de Biarritz. "La forêt brûle également en Afrique subsaharienne. Nous sommes en train d'examiner la possibilité d'y lancer une initiative similaire à celle que nous venons d'annoncer pour l'Amazonie", a tweeté le président français Emmanuel Macron.

Les pays du G7 veulent débloquer d'urgence 20 millions de dollars pour envoyer des avions bombardiers d'eau lutter contre les incendies de forêts en Amérique du Sud.

Ces Canadairs vont-ils bientôt aussi survoler...

Vidéo : La Française des jeux enclenche officiellement son processus de privatisation