DISPARITION - Deux tombes d'un cimetière du Saint-Siège ont été ouvertes, jeudi 11 juillet. Il s'agissait de savoir si le corps d'Emanuela Orlandi, disparue en 1983 ne s'y trouvait pas. Retour sur une histoire qui hante les esprits italiens.

C'est un fait divers jamais résolu. L'un de ceux qui défraie la chronique depuis des décennies et remue des théories du complot impliquant la mafia et le Vatican depuis plus de trente ans. Emanuela Orlandi, fille d'un employé de la Préfecture de la maison pontificale, a disparu le 22 juin 1983 à la sortie d'un cours de musique piazza San Appollinare, à Rome, et n'a jamais été retrouvée.

Depuis des années, son frère, Pietro Orlandi accuse le Vatican de complicité et de silence et, ce jeudi 11 juillet 2019, deux tombes anonymes ont été ouvertes, à la demande de la famille, qu'un étrange message avait mis sur cette piste. Le Vatican avait donc autorisé l'ouverture de deux tombes d'un cimetière allemand niché dans la Cité du Vatican. Et les tombes étaient vides.  Enlèvement, mafia, parties fines ... Dès le début de cette affaire, il plane un drôle de sentiment. Il y a, tout d'abord, la piste de la fugue exploitée par la police mais qui ne mènera (...)

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Vidéo : Décès de l'ancien champion de tennis Peter McNamara