Car l'espoir de Greenpeace s'étend bien au-delà de nos frontières. "Il faut multiplier les recours un peu partout sur la planète, pour faire en sorte qu'à la fin, les gouvernements n'aient pas d'autre choix que de revoir leur copie", incite Jean-François Julliard.
"L’Affaire du siècle" : "On est optimiste" sur l’issue du recours et sur son impact à travers le monde, affirme le directeur général de Greenpeace

"L'Affaire du siècle" arrive devant le tribunal administratif de Paris jeudi 14 janvier. Jean-François Julliard, directeur général de Greenpeace, l’une des quatre ONG requérantes, se dit "optimiste" sur l’issue du recours et parle sur franceinfo d’une décision qui serait "historique, un symbole, une première dans le monde".

franceinfo : Êtes-vous optimiste sur l'issue de l'audience ?

Jean-François Julliard : Oui, on est optimiste. On a bon espoir aujourd'hui que le tribunal entende un certain nombre de nos arguments et entende notre démonstration juridique qui consiste à rappeler que l'État n'en fait pas assez pour lutter efficacement contre le dérèglement climatique. Ce serait un symbole parce que ce serait une première en France. Ce serait même une première, certainement dans le monde. Et puis surtout, ça va contraindre l'État à revoir sa copie, en quelque sorte. On espère que ça aura des effets concrets. Après, c'est le gouvernement qui va devoir prendre des mesures. Mais c'est vrai qu'on entend depuis des années Emmanuel Macron se positionner fortement sur la scène internationale, notamment, comme le champion du climat, les défenseurs de...

Retrouvez le goût d'apprendre ! Des milliers de cours interactifs 100% en ligne sur tous vos sujets préférés !

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !