JUSTICE - La cour d'appel de Paris a annulé, ce jeudi, les poursuites pour "complicité de crimes contre l'humanité" contre le groupe français Lafarge, mais a maintenu la mise en examen de l'entreprise pour "financement du terrorisme", ont annoncé ses avocats.
Lafarge en Syrie : la justice française annule les poursuites pour "complicité de crimes contre l'humanité"

La cour d'appel de Paris a annulé jeudi la mise en examen pour "complicité de crimes contre l'humanité" de Lafarge, accusé d'avoir financé des groupes terroristes en Syrie pour maintenir l'activité d'une de ses usines, a-t-on appris auprès des avocats et de source judiciaire. 

La Chambre de l'instruction de la Cour d'appel a en revanche maintenu les mises en examen du cimentier pour "financement du terrorisme", "violation d'un embargo" et "mise en danger de la vie" d'anciens salariés de son usine de Jalabiya.

Le cimentier français est soupçonné d’avoir financé des groupes djihadistes en Syrie – dont Daesh – afin de pouvoir maintenir l’activité d’une de ses usines, située à Jalabiya, dans le nord du pays, entre 2011 et 2015.

Contribuez à sauver des milliers d'enfants : en savoir plus sur le leg Unicef

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !