La Société des Gens de Lettres s'estimait diffamée par les propos qu'avait tenus à la radio l'auteur et dessinateur Joann Sfar fin mai, au sujet des aides financières accordées aux auteurs par le Centre national du livre (CNL) durant le confinement.
La Société des Gens de Lettres et Joann Sfar ne porteront pas leur différend en justice "dans un souci d'apaisement"

La Société des gens de lettres (SGDL) et l'écrivain et dessinateur Joann Sfar ne porteront pas leur différend devant la justice, ont annoncé le 7 juillet les deux parties dans un communiqué commun publié sur Twitter.

Communiqué de Joann Sfar et de la SGDL pic.twitter.com/a21G9mwO9r

— Sfar Joann (@joannsfar) July 6, 2020

Le 25 mai, s'estimant diffamée par des propos de l'auteur du Chat du rabbin, par ailleurs président d'honneur de la Ligue des auteurs professionnels, la SGDL avait menacé l'auteur de poursuites judiciaires.

La déclaration de Joann Sfar qui avait heurté la SGDL

Au coeur du problème, la question des aides financières accordées aux auteurs par le Centre national du livre (CNL) durant le confinement.

Invité d'une émission de France Inter le 23 mai, le dessinateur avait déclaré que des organismes comme la SGDL touchaient "parfois d'énormes sommes d'argent qui ne vont pas aux auteurs".

"On nous a promis que l'on aurait droit à des aides. Mais les sommes ont été allouées aux organismes qui devaient les redistribuer aux auteurs... Et qui ne redistribuent rien du tout. Alors que ces organisations en question ont parfois des hôtels particuliers...

Obtenez gratuitement votre guide mutuelle senior 2020 pour réaliser des économies !

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !