La cellule "Ariane" a épluché quelque 900 dossiers de "cold cases" qui pourraient ou auraient pu avoir un lien avec l'homme mis en examen pour deux meurtres.

La cellule spécialisée de la gendarmerie a identifié "une quarantaine" de dossiers criminels dans lesquels l'implication de Nordahl Lelandais est examinée, a annoncé lundi le général Jean-Philippe Lecouffe, sous-directeur de la police judiciaire de la gendarmerie nationale.

Une cellule baptisée "Ariane" a été créée en janvier 2018 au sein du service central du renseignement criminel de la gendarmerie pour éplucher quelque 900 dossiers de disparitions non élucidées susceptibles d'avoir un lien avec Nordahl Lelandais, déjà mis en examen pour les meurtres de la petite Maëlys et du caporal Noyer.

Publicité
Publicité

Nordhal Lelandais, le tueur aux multiples visages

Un jeu de piste qui pourrait bien révéler un parcours jalonné de cadavres. Depuis les aveux du dresseur de chiens, un peu partout dans la région, en Savoie, en Haute-Savoie, en Isère, dans la Drôme, l'Ain, le Gard, les Alpes-de-Haute-Provence, des fantômes de disparus refont surface, des familles demandent justice. Des informations judiciaires s'ouvraient dès le mois d'avril 2018.

Une avalanche de cold cases qu'il faut gérer avec doigté et prudence. Les spécialistes des tueurs en série, déjà sur les dents,...

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour :