Après deux mois de retard et une quarantaine stricte, les chercheurs participants à la mission vont enfin pouvoir se relayer à bord du brise-glace "Polarstern".
La pandémie de coronavirus chamboule la plus grande mission scientifique jamais menée dans l'Arctique

Les membres de la plus grande expédition scientifique jamais menée dans l'Arctique s'étaient préparés à tout, même aux attaques d'ours polaires. Mais pas à une pandémie de coronavirus qui menacerait la poursuite de leur mission. Avec deux mois de retard, les scientifiques de cet équipage international, chargé d'étudier les conséquences du changement climatique au pôle Nord pendant plus d'un an, devraient finalement pouvoir se relayer début juin dans l'archipel norvégien du Svalbard.

Suivez les dernières informations sur la pandémie de coronavirus dans notre direct

Après s'être laissé dériver tout l'hiver dans les glaces du pôle Nord, le brise-glace Polarstern de l'institut allemand Alfred-Wegener de Bremerhaven devrait bientôt débarquer une centaine de chercheurs internationaux. Il prendra alors à son bord une centaine de leurs collègues, dont le chef de la mission Markus Rex. Ce climatologue et physicien, qui a déjà effectué un premier séjour de septembre à janvier à bord du Polarstern, avait élaboré avec son équipe plus d'une dizaine de scénarios en cas d'imprévu durant les 390 jours de l'expédition. "Nous avons dû mettre sur pied un...

Obtenez votre guide mutuelle des seniors et profitez d'un accompagnement personnalisé !

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !