Selon l'Insee, la croissance française s'établira à 1,3 % en 2019. Une performance supérieure à celle attendue pour la zone euro (1,2 %).

L’économie française va-t-elle, elle aussi, être emportée par le tourbillon d’incertitudes qui déstabilise, depuis près d’un an, l’activité mondiale ? Pour le moment, il est permis d’en douter. Malgré des perspectives très assombries par le ralentissement du commerce international et le risque d’une sortie sans accord du Royaume-Unie de l’Union européenne, l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) a maintenu, jeudi 3 octobre, ses prévisions pour 2019. Avec une progression attendue du produit intérieur brut (PIB) d’1,3 % cette année, l’Hexagone devrait même faire un peu mieux que la moyenne de la zone euro (1,2 %).

Rien de flamboyant pourtant : la croissance avoisinerait 0,3 % au troisième puis au quatrième trimestre. Des chiffres identiques à ceux du début d’année et dans la continuité de la cadence imprimée en 2018. Mais cette inertie a ses vertus : à défaut d’éblouir, elle témoigne d’une bonne résistance tricolore aux soubresauts de la conjoncture. Résistance d’autant plus appréciable que d’autres économies européennes patinent.

L’Allemagne, qui flirtait encore...

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !