Alors que plusieurs villes dans le monde jouent le jeu d'interdire l'accès de leurs centres aux voitures dimanche 22 septembre, les mentalités ont plus de mal à changer dans la capitale polonaise. 

Sur 25 kilomètres du nord au sud et d’ouest en est, de longues et larges avenues traversent Varsovie, en Pologne. Tentant, donc, de prendre sa voiture. "On n'a pas de rues, on a des autoroutes avec trois, quatre, voire cinq voies de chaque côté, décrit Tomasz Brzeszczak, un habitant de la ville. S i vous voulez traverser la rue à pied, vous en avez quasiment pour 10 minutes. Et puis, personne ne respecte la limite des 50 km/h."

La voiture, signe extérieur de richesse

Alors que plusieurs villes dans le monde, dont Paris, instaurent dimanche 22 septembre une journée sans voiture, les mentalités sont difficiles à changer dans la capitale polonaise. Il y a beau y avoir des dizaines de lignes de tramway, des centaines de bus, deux métros et des trains de banlieue, de nombreux Varsoviens préfèrent quand même prendre leur véhicule. "Pour les Polonais, la voiture est un signe extérieur de richesse. Et puis les Polonais se sentent libres dans leur voiture."

Si vous avez une voiture chère, vous vous montrez avec, parce que vous montrez votre statut.

Un habitant de Varsovie

à franceinfo

Il est donc politiquement risqué de restreindre l'accès des voitures à la capitale. Le...

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !