Editorial. Personne n'oubliera la franchise avec laquelle la gymnaste américaine a expliqué les raisons qui l'ont conduite à renoncer à plusieurs épreuves. Les sportifs doivent pouvoir évoquer leur santé mentale avec autant d'aisance qu'ils parlent de leurs blessures physiques.
JO de Tokyo 2021 : la victoire morale de Simone BilesAFP

Editorial du « Monde ». Les sportifs de haut niveau sont aussi des êtres humains. Cette évidence, qu’il a longtemps été de bon ton de taire, vient d’éclater en pleine lumière pendant les Jeux olympiques de Tokyo. L’histoire retiendra que c’est en grande partie à une gymnaste américaine, Simone Biles, que l’on doit cette reconnaissance. En annonçant, le 27 juillet, son retrait de plusieurs épreuves pour « protéger sa santé mentale », la jeune femme, quatre fois médaillée d’or olympique en 2016, a brisé un tabou et ouvert le débat sur la santé mentale des champions.

Après une semaine d’absence de la compétition, Simone Biles a finalement concouru à la dernière épreuve, mardi 3 août, et arraché la médaille de bronze. Dans le monde olympique, personne n’oubliera la franchise avec laquelle cette athlète de 24 ans, l’une des plus grandes championnes de gymnastique, a expliqué les raisons qui l’ont conduite à renoncer, après avoir constaté au cours de la première épreuve une absence de coordination entre son cerveau et son corps pendant qu’elle effectuait une périlleuse figure en l’air.

« Nous devons...

Vous avez envie de lancer votre projet ? De créer votre entreprise ? Découvrez la formation prise en charge à 100% par l'état >