Laurent Fabius, président du Conseil constitutionnel, célèbre les dix ans de la question prioritaire de constitutionnalité avec une « émission-événement ​» ce 26 novembre
Jean-Louis Debré, absent de marque au Conseil constitutionnel

C’est une cérémonie de vœux à l’Elysée, sous Emmanuel Macron, dont quelques connaisseurs se délectent aujourd’hui. Laurent Fabius, président du Conseil constitutionnel, vient de terminer son discours et se tourne vers Nicolas Sarkozy. « Il me tint le propos suivant, raconte l’ancien chef de l’Etat dans Le Temps des tempêtes. “Vous savez que la question prioritaire de constitutionnalité est un immense succès. Il s’agit d’un progrès majeur dans le fonctionnement de notre Etat de droit!” Je lui répondis avec un large sourire: “Je partage pleinement votre avis. Quel dommage qu’alors que vous étiez parlementaire, vous ne l’ayez pas voté, et que dans la foulée vous ayez fait bruyamment campagne contre la réforme constitutionnelle qui l’introduisait dans notre droit !”. Il accusa si fortement le choc (…) puis, reprenant ses esprits, il conclut: “C’était de la politique”. »

Ce petit rappel n’est pas dénué d’arrière-pensées alors que Laurent Fabius s’apprête à célébrer, ce 26 novembre, les dix ans de la «QPC». A l’origine, un colloque international devait être organisé à la Sorbonne. Covid oblige, c’est une...

Protégez vos proches avec des solutions de Téléassistance !

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !