Avant son concert à Rock en Seine vendredi 23 août, le guitariste virtuose est revenu sur ce qui l'a occupé depuis la séparation des Smiths, de Electronic à Modest Mouse en passant par la B.O. de "Inception".

À 55 ans, Johnny Marr semble avoir tout vu (et tout joué). Entre 1982 et 1987, il a écrit l'intégralité de la musique des Smiths, on parle ici des quatre albums, de la vingtaine de singles et d'autant de faces B du légendaire groupe de Manchester. En moins de cinq ans, il s'est construit une image de compositeur accompli et de guitariste de génie, faisant, avec le riff introductif de This Charming Man et les accords de That Joke Isn't Funny Anymore, plus pour le rock qu'une majorité de musiciens sur toute une vie. Mais en 1987, le petit prodige quitte le groupe, lassé par les luttes intestines, le caractère difficile de son camarade Morrissey et un horizon musical qu'il estime bouché.

Trente ans plus tard, Johnny Marr continue de composer, de jouer, et s'est même mis à chanter. Avec son propre groupe et en son nom. En tournée de promotion de son troisième album, Call The Comet, il s'apprête à jouer à Rock en Seine vendredi soir juste avant The Cure, éternels concurrents des Smiths. Et ne vous attendez pas à ce qu'il ne joue que les tubes des Smiths : le bon Johnny a eu sa dose de collaborations fructueuses et de riffs déments depuis qu'il a claqué la porte...

Vidéo : Incroyable : un zèbre à pois découvert au Kenya !