En France, l'âge moyen du premier portable est d'un peu moins de 10 ans. Angoissés par le monde extérieur, les parents sont prêts à tout pour garder le lien avec leurs enfants. Au risque de les exposer aux pires contenus du Web.
"Je ressens de l’anxiété" : face aux écrans, la schizophrénie parentale

Depuis septembre, Louane*, 11 ans, sort seule de l’école. Sitôt la porte de sa classe franchie, elle n’a pas le temps de discuter avec ses copines, pas le temps de lever le nez vers le ciel ou de s’attarder dans les environs de son collège. Elle presse le pas, car elle sait que, à la moindre minute de retard, sa mère s’inquiète. Alors, vite, elle grimpe sur le marchepied du bus qui la conduit vers sa maison. Au domicile familial, Marylise est facilement sur le qui-vive. « Je ressens de l’anxiété dès qu’elle n’est pas à l’heure à la maison souffle la mère de famille. Pour éviter de penser à des scénarios catastrophe, il m’arrive régulièrement de géolocaliser ma fille. »Des enfants otages de l’angoisse de séparation de leurs parentsEn 2019, l’Observatoire de la parentalité et de l’éducation numérique (Open) commandait une étude à Médiamétrie. Conclusion : les enfants obtiennent leur premier smartphone à 9,9 ans en moyenne. Les gamins sont en CM1-CM2. Le premier motif invoqué est la sécurité. Dès que leur bambin rentre seul de l’école, ses parents veulent le suivre à la trace. Parfois, cette première justification se double d’une autre, moins avouable : celle du maintien d’un lien...

Retrouvez vos produits et commandez en ligne ! High-Tech, Cuisine & Maison et Bien-être, retrouvez nos offres !