À peine sorti de garde à vue, Bernard Laporte a repris sa campagne en vue d'une réélection à la tête de la Fédération française de rugby. Jeudi 24 septembre près de Montpellier, il était en terrain conquis.
"Je repars avec enthousiasme, force et conviction" : après sa garde à vue, Bernard Laporte repart en campagne pour sa réélection

Les soupçons de favoritisme qui pèsent sur lui ne changent rien : les 40 présidents de club présents à St Jean-de-Védas restent favorables à la candidature de Bernard Laporte. "Une garde à vue ce n'est pas si grave", ose même Yvan Vincent, du rugby club de Mauguio Carnon : "Ce sont des choses qui arrivent dans la vie. Mois je pense qu'il faut avancer, voir ce qu'il a fait et aller de l'avant."

Le président de la Fédération française de rubgy a été entendu pendant deux jours par la Brigade de répression de la délinquance économique. Le Parquet national financier le soupçonne d’être intervenu en faveur du club de Montpellier en 2017 et d’avoir allégé des sanctions contre le MHR, alors que son patron, Mohed Altrad, était devenu sponsor de l’équipe de France.

"On fait ça dix jours avant l'élection, ça me paraît douteux"

Pour ces dirigeants pro-Laporte, le président de la FFR est innocent. Ils se posent des questions sur le calendrier de cette garde à vue et vont jusqu'aux théories du complot, comme Claude Soncourt, du rugby club védasien : "Ça fait trois ans que ça dure, et on fait ça dix jours avant l'élection du président. Ça me paraît...

Aidez Unicef à venir en aide aux enfants démunis ! Découvrez le leg

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !