Plusieurs enfants figurent parmi les victimes de fusillades survenues au cours du week-end du 4-Juillet. La tension est exacerbée par la pandémie et le mouvement de défiance envers la police.
« Je n’ai jamais vu un tel mélange de désespoir, de tristesse et de colère » : aux Etats-Unis, la violence par arme à feu explose

« Trop, c’est trop ! » D’Atlanta en Géorgie, à Chicago dans l’Illinois, en passant par Philadelphie en Pennsylvanie, la même expression revient inlassablement. Dans plusieurs grandes villes des Etats-Unis, le week-end du 4-Juillet, jour de la fête nationale d’ordinaire marqué par des célébrations diverses, ont pris des allures de tragédies. Près de 160 personnes ont été tuées par balle et quelque 520 autres blessées au cours du week-end, selon l’organisation Gun Violence Archives.

De quoi assombrir encore un peu plus ce triste bilan : plusieurs enfants figurent parmi les victimes. Selon l’association Giffords Law Center, 1 500 enfants en moyenne meurent par armes à feu chaque année aux Etats-Unis, mais le plus souvent dans le cadre de drames familiaux. Des enfants dont « les espoirs et les rêves ont été anéantis par le canon d’un fusil », a dénoncé la maire démocrate de Chicago, Lori Lightfoot, le 5 juillet.

« Nos pensées et nos prières ne suffisent plus à ce stade. La douleur elle-même ne suffit plus. Nous devons faire mieux. »

Entre le jeudi 2 juillet soir et le dimanche 5 juillet, la police de Chicago...

Obtenez gratuitement votre guide mutuelle senior 2020 pour réaliser des économies !

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !