La lanceuse d'alerte Frances Haugen, une ancienne ingénieure de Facebook, a fait fuiter des documents internes qui ont entaché la réputation du groupe, déjà ternie par de nombreuses affaires. Marianne démêle les ramifications et implications de ces révélations avec Zoé Vilain, avocate et présidente de l'association Janus, qui promeut un monde numérique éthique et respectueux des libertés fondamentales.
"Je m’interroge beaucoup sur l’impact des algorithmes de Facebook sur nos élections à nous"

Facebook a été mis en cause pour son rôle dans de nombreux scandales et drames, des fuites de données confidentielles ou des événements violents dans différents pays. Récemment, la lanceuse d'alerte Frances Haugen, une ancienne ingénieure de Facebook, a fait fuiter des documents internes qui ont entaché la réputation du groupe et relancé le débat sur la régulation du mastodonte américain des réseaux sociaux. Marianne s'est entretenu avec Zoé Vilain, avocate et présidente de l'association Janus, qui défend le respect de l'éthique et des libertés fondamentales par les entreprises phares du numérique.Marianne : Le 5 octobre dernier, Frances Haugen, une ancienne employée de Facebook, a pris la parole devant le Congrès américain. Pourriez-vous nous résumer ce qu'elle y a révélé ?Zoé Vilain : Frances Haugen travaillait dans un département de Facebook créé à la demande de Congrès américain, qui employait un mélange de différents profils, dont des juristes et des ingénieurs, pour vérifier l'intégrité des algorithmes utilisés par l'entreprise dans sa gestion des contenus politiques. L'idée, c'était de vérifier que Facebook n'interfère plus dans les élections. Or, l'entreprise a mis fin à...

Retrouvez vos produits et commandez en ligne ! High-Tech, Cuisine & Maison et Bien-être, retrouvez nos offres !