METOO - Alors que la vague #MeToo gagne petit à petit chaque milieu professionnel depuis deux ans, le secteur de l'hôtellerie-restauration peinait à suivre le mouvement. Loin de Twitter, qui avait recueilli la plupart des témoignages, c'est finalement un compte Instagram qui met en slogan jaune et noir les pires atrocités vécues dans les cuisines françaises.
"Je dis non chef", le compte qui fait entrer #Metoo dans les cuisines des restaurants

"Il a pris ma queue de cheval, m'a tiré vers lui en arrière et a dit d'une voix forte : c'est comme ça qu'on les prend les femmes !". "Il", c'est un chef pâtissier, 2 étoiles Michelin. Ce témoignage est celui d'une jeune femme qui comme des dizaines et des dizaines d'autres à travailler dans le milieu de la restauration, subit régulièrement, voire quotidiennement, du harcèlement moral ou sexuel. L'année dernière, LCI avait déjà récolté de nombreux récits semblables, et la conclusion avait été éloquente : "le machisme semble y couler des jours tranquilles et aucune prise de conscience n'a l'air de poindre à l'horizon". Autrement dit, l'omerta était encore totale. Aujourd'hui, les femmes prennent la parole sur les réseaux sociaux, permettant d'espérer la fin de l'impunité derrière les fourneaux. "Au départ, Je dis non chef, c’est ma vie et celle de mes copines dans la restauration. J’avais besoin de dire tout haut (...)

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !