Le pianiste américain Fred Hersch s'est installé quatre soirs au Bal Blomet, délicieux club de l'ouest parisien. Quatre programmes différents jusqu'à samedi soir, à guichets fermés, pour cet artiste ardent, humble et éclectique qui revient de très loin. Rencontre.
INTERVIEW. Fred Hersch, un héros très discret du piano jazz, en son jardin au Bal Blomet, à Paris

Il a l'air d'un étudiant qui n'aurait pas vu les années filer. Mais derrière sa silhouette frêle et ses yeux étonnés, se cache non seulement un virtuose qui bâtit une œuvre splendide loin des paillettes du star system, mais aussi un guerrier. Virtuose, Fred Hersch, pianiste et compositeur né à Cincinnati le 21 octobre 1955, l'est assurément, avec son jeu introspectif et chatoyant, libre et aventureux, contant des histoires ponctuées de surprises et de confidences. Riche d'une formation à la fois dans le classique et le jazz, il a joué avec des légendes comme Art Pepper, Chet Baker, Charlie Haden ou Joe Henderson. Guerrier, Hersch l'est également, lui qui a appris il y a longtemps à vivre avec un virus pervers et envahissant, le VIH.

Depuis, il s'est tourné vers le bouddhisme et la méditation, cette dernière ayant inspiré son dernier album en date, le splendide Breath by Breath (Palmetto Records), sorti fin janvier. Un disque de compositions originales abritant une suite, la Suite Sati, et enregistré avec un quatuor à cordes. Fred Hersch a grandi en écoutant ce type de formation classique, car sa professeure de piano était l'épouse du violoncelliste du...

Téléchargez votre guide mutuelle (gratuit) !