Pour la journaliste de France 2 et France Inter Léa Salamé, Emmanuel Macron a equissé une forme de mea culpa lors de son interview du 14 juillet. Elle estime que le président de la République a "accepté le dialogue et les critiques". 
Interview d'E. Macron : "Je l'ai senti plus direct, plus pédago, moins péremptoire que sur d'autres interventions", témoigne Léa Salamé

Emmanuel Macron a accordé ce mardi un entretien télévisé à l'occasion du 14 juillet pour faire le point sur la crise sanitaire et annoncer quelques mesures pour relancer la vie économique.

"Je l'ai senti plus direct, peut-être plus simple, plus pédago, moins péremptoire que sur d'autres interventions", a témoigné mardi 14 juillet sur franceinfo la journaliste de France Inter et France 2 Léa Salamé, qui a mené l'interview du chef de l'Etat aux côté de Gilles Bouleau de TF1. "Il a accepté les critiques, il a accepté le dialogue, il a commencé un petit peu à fendre l'armure."

"Trois ans après, on ne le connaît pas"

Léa Salamé estime que "cela fait trois ans" que le chef de l'Etat "a du mal à faire son mea culpa". Selon elle, Emmanuel Macron a dit "oui, sans doute, j'ai fait des choses mal, j'ai continué à aller trop vite, j'ai moi-même eu des mots maladroits". Léa Salamé et Gilles Bouleau voulaient "faire un bilan d'étape", souligne la journaliste. "On voulait entendre ce qu'il avait un peu dans les tripes, ce qu'il avait un peu dans le bide. Ce président énigme, trois ans après, on ne le connaît pas. On ne comprend pas ce qu'il a dans la tête"....

Obtenez gratuitement votre guide mutuelle senior 2020 pour réaliser des économies !

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !