Une étude souligne la présence de stéréotypes liés à la couleur de peau dans les descriptions des joueurs par les journalistes sportifs outre-Manche.
« Intelligence » contre « puissance » : les préjugés tenaces dans les commentaires de football

Un genou au sol, la tête baissée, l’air solennel, parfois un poing levé… depuis la reprise de leurs championnats respectifs après des mois d’interruption due à la pandémie de Covid-19, les footballeurs des clubs européens rendent hommage à George Floyd, ce père de famille afro-américain tué lors de son interpellation par un policier blanc, le 25 mai, à Minneapolis, aux Etats-Unis.

Au sein de la Premier League, division d’élite du ballon rond anglais et gallois, les responsables ont même voté à l’unanimité, mi-juin, la possibilité de floquer au dos les maillots « Black Lives Matter » (les vies noires comptent), le slogan de la lutte contre les violences racistes et policières outre-Atlantique, dont l’envergure est désormais mondiale.

Le milieu du football est bien conscient qu’il est loin d’être épargné par le fléau du racisme. En attestent les tristement célèbres saillies de certains supporteurs, qui à grand renfort de cris de singe lancés depuis les tribunes ou de banane jetées sur la pelouse, ciblent parfois les joueurs noirs.

Mais c’est encore un autre aspect du problème qu’a mis en lumière une...

Obtenez votre guide mutuelle des seniors et profitez d'un accompagnement personnalisé !

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !