Selon Emma Haziza, il y a "toujours des moyens de se prémunir". Il faut écouter les "sachants du territoire" capables de prédire en quelques minutes les conséquences d'une forte pluie à un endroit donné. 
Inondations dans le Gard : par endroits, il est tombé "plus d'une baignoire par mètre carré", estime une hydrologue

Lors des fortes intempéries, mardi dans le Gard, il est tombé "plus d'une baignoire par mètre carré", a imagé Emma Haziza, hydrologue et spécialiste des inondations, mercredi 15 septembre sur franceinfo. "À partir du moment où vous avez des gens sinistrés, c'est qu'il y a eu un problème dans le processus", a-t-elle aussi observé, soulignant que "la vigilance rouge est arrivée à 11h35 du matin, ce qui peut paraître assez tard, surtout vu la violence de ces évènements et leur rapidité".

Suivez notre direct sur l'évolution des intempéries en France.

franceinfo : S'agit-il d'un phénomène classique pour la saison ou bien a-t-il un caractère exceptionnel ?

Emma Haziza : Les deux. On est vraiment dans un contexte post-équinoxe où l'on a des fronts froids qui descendent de l'Arctique et qui rencontrent une mer Méditerranée extrêmement chaude. La conjonction de ces phénomènes va mélanger ces masses d'air. On a donc deux scénarios possibles, sur cette zone. Le premier, c'est que ces masses d'air aillent jusqu'au niveau des Cévennes et que les cours d'eau cévenols gonflent. Ca va se passer très en amont, dans des milieux très montagneux. Mardi, c'est...

Vous avez envie de lancer votre projet ? De créer votre entreprise ? Découvrez la formation prise en charge à 100% par l'état >