Le ministère du Travail a dévoilé jeudi les performances des plus grandes entreprises de France en matière d'égalité femmes-hommes. Un index pointé du doigt, notamment par l'association féministe qui conteste le mode de calcul des points.
Index égalité hommes-femmes : "C'est un peu l'index 'l'École des fans' où tout le monde obtient des bonnes notes", ironise Osez le féminisme !

Les entreprises de plus de 50 salariés avaient jusqu'au 1er mars 2020 pour publier leur index sur l'égalité professionnelle femmes-hommes, à l'instar de leurs grandes soeurs de plus de 1 000 salariés qui avaient déjà cette obligation depuis l'an dernier. Au total, 40.000 entreprises sont concernées, couvrant 9 millions de salariés. Les résultats ont été publiés jeudi 5 mars (liste complète à découvrir vendredi 6 mars sur le site du ministère du Travail).

Mais Muriel Penicaud a d'ores et déjà dénoncé les mauvais élèves comme promis, sur le principe du "name and shame" (donner le nom pour dénoncer). Ont ainsi été désignées par la ministre jeudi dix-neuf entreprises déjà "en-dessous de la note de 75 (sur 100) et [qui] le sont toujours". parmi les plus mal notées, la ministre a cité Derichebourg, Alsace Croisières CroisiEurope, Ufifrance Patrimoine, Hager electro SAS Obernai, Safran Electronics and Defense cockpit solutions, Circet, Foncia carrières et compétences, Securitas France et Go Sport. La ministre a rappelé que "si, dans deux ans, elles conservent cette mauvaise note, elles s'exposent à une amende qui équivaut à 1% de la masse...

Obtenez votre guide mutuelle des seniors et profitez d'un accompagnement personnalisé !

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !