Dans une tribune, le Premier ministre britannique Boris Johnson demande à la Chine de respecter la Déclaration commune sino-britannique et de renoncer à la loi sur la sécurité nationale. Sinon, Londres ouvrira ses portes en grand
Immigration: Londres prêt à accueillir des millions de Hongkongais

Le Royaume-Uni hausse le ton contre la Chine pour défendre Hong Kong. Dans une tribune publiée mercredi 3 juin dans le quotidien South China Morning Post, le Premier ministre britannique Boris Johnson en personne prend la plume pour se mêler des affaires de Pékin. Depuis la rétrocession de Hong Kong à la Chine en 1997, écrit-il, « la clé a été le précieux concept ’un pays, deux systèmes’ inscrit dans la Loi fondamentale de Hong Kong et souligné dans la Déclaration conjointe signée par la Grande-Bretagne et la Chine ».

Aux yeux du dirigeant britannique, la décision de Pékin d’imposer une loi de sécurité nationale à Hong Kong va nuire aux libertés et réduire considérablement l’autonomie de la région administrative spéciale. De plus, « cela entrerait en conflit direct avec ses obligations au titre de la Déclaration commune, un traité juridiquement contraignant enregistré auprès des Nations Unies », indique Johnson.

Jusqu’à 2,5 millions de personnes. La Grande-Bretagne se dit donc disposée à modifier sa réglementation en matière d’immigration si la Chine impose cette nouvelle loi à Hong Kong. Les détenteurs d’un passeport...

Obtenez votre guide mutuelle des seniors et profitez d'un accompagnement personnalisé !

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !