À la tête d'un quartet mythique, Dave Brubeck a connu un immense succès avec des morceaux comme "Take Five" ou "Three To Get Ready" qui ont fait le tour du monde avant d'entrer dans la mémoire collective.
Il y a cent ans, naissait Dave Brubeck : sept standards qui ont forgé la légende du pianiste de jazz

Dave Brubeck, né le 6 décembre 1920 à Concord, en Californie, est l'une des grandes figures d'un jazz aérien, raffiné, mélodieux, identifié à la côte ouest ("West Coast") des États-Unis. Un jazz aux tempos plus lents, moins nerveux que le bebop créé par Charlie Parker, Thelonious Monk ou Dizzy Gillespie dans une Amérique ultra hostile à l'égard des Afro-Américains. Mais le cool jazz qu'incarne Brubeck n'en est pas pour autant un jazz simple. L'ancien élève de Darius Milhaud, qui a étudié notamment l'orchestration, se passionne pour les écritures rythmiques complexes et les polytonalités qui se font rares dans le monde du jazz dans les années 40 et 50.

En 1951, Dave Brubeck forme un quartet avec le saxophoniste Paul Desmond qui rencontre rapidement un grand succès et lui vaut d'être le deuxième jazzman - après Louis Armstrong en 1949 - à avoir les honneurs de la Une de Time Magazine. Rejoint par le batteur Joe Morello en 1956 puis le contrebassiste Eugene Wright en 1958, le Dave Brubeck Quartet sort en 1959 l'album Time Out qui lui assure une renommée planétaire, à la grande surprise de son label, Columbia, peu emballé par un disque truffé de...

En participant à notre grand jeu de l'été, remportez des chèques cadeaux d'une valeur de 500 € et un mois gratuit à notre offre de divertissement Hedony !