Une nouvelle affaire judiciaire dans les sphères de l'extrême droite ? Le 31 août, le rappeur identitaire Pierre-Marie Payet a été condamné à trois mois de prison ferme par le tribunal correctionnel du Puy-en-Velay, après avoir tenté de récupérer sa petite fille dont il a perdu la garde, a appris "Marianne" de sources concordantes. Ce Breton de 35 ans, figure de la fachosphère connu sous le pseudo d'Amalek, est actuellement derrière les barreaux.
"Il voulait être violent" : le rappeur d'extrême droite Amalek incarcéré

Une nouvelle figure de l'extrême droite, connue pour ses diatribes sur les réseaux sociaux, aux prises avec la justice. L'affaire débute ce 11 août quand Pierre-Marie Payet, qui rappe qui sous le pseudonyme d'Amalek, descend de Paris et escalade le balcon du domicile de son ex-compagne, à Yssingeaux (Puy-en-Velay), dont il est séparé depuis plus d'un an. À sa vue, cette dernière prend la fuite. Lui, pénétrant par effraction dans la maison, s'empare de la fillette de 2 ans et s'enfuit avec, avant d'être rattrapé par les gendarmes un peu moins d'une heure plus tard. Un scénario d'effraction un peu moins extravagant que celui adopté par les émissaires du conspirationniste Rémy Daillet dans le but de kidnapper Mia — eux s'étaient déguisés en agents de la protection judiciaire de la jeunesse pour subtiliser la fillette à sa grand-mère…Placé en détention provisoire et jugé par le tribunal correctionnel, Amalek a été condamné à 6 mois de prison avec sursis, dont 3 ferme, pour « violation de domicile ». Il a toutefois échappé à une condamnation pour « soustraction d'enfant », délit pour lequel il était poursuivi. De cette relaxe, le parquet a fait appel.« Il a pris l'enfant car madame...

Vous avez envie de lancer votre projet ? De créer votre entreprise ? Découvrez la formation prise en charge à 100% par l'état >