Le livre sort jeudi en librairie et raconte la rencontre entre Georges Salines, le père d'une victime du Bataclan, et Azdyne Amimour, celui d'un des trois terroristes du commando. 
"Il nous reste les mots", le dialogue bouleversant entre le père d'une victime et celui d'un terroriste du Bataclan

C'est un dialogue incroyable, parfois dérangeant, porteur en tous cas de tolérance. Il nous reste les mots sort jeudi 9 janvier en librairie (éditions Robert Laffont). Ce livre est le fruit de la rencontre entre deux pères Georges Salines, qui a perdu sa fille Lola au Bataclan le 13 novembre 2015, et Azdyne Amimour, père de l'un des trois terroristes du commando de la salle de concert.

Ils sont assis côte à côte dans un café près de la gare de Lyon, où ils nous ont donné rendez-vous. Deux pères que tout semble opposer, deux "endeuillés" disent-ils d'une même voix, avec en commun la perte d'un enfant du même âge, 28 ans, cette terrible nuit du 13 novembre.

Deux pères victimes

Lorsque Azdyne Amimour demande à Georges Salines de le rencontrer, le père de Lola lui pose cette seule question : "Pourquoi ?" L'homme d'origine algérienne lui répond : "Parce que je me sens aussi victime par rapport à mon fils." Une réponse qui ne choque pas Georges Salines. "J’avais publié un livre qui s’appelle L’indicible de A à Z où j’avais dit que les familles de jihadistes sont aussi des victimes, se souvient le père de Lola. Je le savais pour avoir rencontré des...

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !