"Arrogance", "Entêtement"… Des eurodéputés de l'opposition dénoncent le choix de Sylvie Goulard par Emmanuel Macron et se réjouissent du rejet de sa candidature par la Commission européenne.
"Ignorer l'enjeu de l'éthique" était "terriblement risqué" : la responsabilité d'E. Macron pointée du doigt dans le rejet de la candidature de S. Goulard

La candidature de Sylvie Goulard a été massivement rejetée par la Commission européenne jeudi 10 octobre. En cause, le fait qu'elle soit visée par deux enquêtessur des emplois fictifs qui avaient conduit à sa démission en juin 2017 de son poste de ministre française de la Défense et le possible conflit d'intérêt autour de son précédent travail de "consultante" pour le think tank allemand pour lequel elle percevait 10 000 euros bruts par mois. Les eurodéputés Manon Aubry (LFI), Yannick Jadot (Europe Écologie-Les Verts) et Brice Hortefeux (LR) expriment jeudi sur franceinfo leur accord avec cette décision de la Commission européenne.

"L’éthique l’a emporté sur le fric"

Personne ne conteste les compétences de Sylvie Goulard, a insisté Yannick Jadot, "mais elle est arrivée avec deux boulets impossibles dans le contexte actuel : le boulet des emplois présumés fictifs du Modem et le fait d'avoir été financée pendant des années à hauteur de 12 000 euros par mois par un think tank américain", explique l'eurodéputé Europe Écologie-Les Verts qui a fait partie de ceux qui ont voté contre la candidature de la Française.

l faut que la France envoie...

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !