Editorial. Alors que s'ouvre ce lundi le « Ségur de la santé », Emmanuel Macron, qui a multiplié les signaux pour dire qu'il avait pris la mesure de la crise qui secoue l'hôpital, doit accepter d'en passer par un geste substantiel sur les salaires et les carrières.
Hôpital : la nécessité d’une hausse des salaires

Editorial du « Monde ». Les mots ne sont pas anodins. Si la rencontre avec les partenaires sociaux qui s’ouvre lundi 25 mai au ministère de la santé a été baptisée « Ségur de la santé » c’est par référence aux accords de Grenelle qui avaient été conclus lors de la crise de Mai 68. Dans la mémoire collective, ces accords restent comme l’un des grands rendez-vous sociaux de la Ve République. Or, c’est à la recherche du tournant social de son quinquennat qu’est parti Emmanuel Macron.

Ces dernières semaines, le président de la République n’a pas lésiné sur les signaux pour dire qu’il avait enfin pris la mesure de la crise qui secoue l’hôpital. Le président de la République est même allé jusqu’à admettre qu’une « erreur dans la stratégie » avait été commise lors de l’élaboration du plan « Ma santé 2022 » annoncé en septembre 2018. Cela s’apparente à une autocritique et à un désaveu de la ministre de la santé de l’époque, Agnès Buzyn, qui continue, malgré tout, de porter les couleurs de La République en marche dans la bataille municipale à Paris.

A l’époque, ce plan avait pourtant...

Obtenez votre guide mutuelle des seniors et profitez d'un accompagnement personnalisé !

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !