La ministre de la Justice a rendu public dimanche le rapport sur les homicides conjugaux, martelant que la "chaîne pénale n'est pas satisfaisante".Dans 65% des cas d'homicide et de violences..
Homicides conjugaux : Belloubet reconnaît "des difficultés et des dysfonctionnements"

La ministre de la Justice a rendu public dimanche le rapport sur les homicides conjugaux, martelant que la "chaîne pénale n'est pas satisfaisante".

Dans 65% des cas d'homicide et de violences conjugales, la justice ou la police avaient été saisies": la ministre de la Justice a rendu public dimanche le rapport sur les homicides conjugaux, martelant que la "chaîne pénale n'est pas satisfaisante". Ce rapport a été confié en juin dernier à l'Inspection générale de la justice, chargée d'un état des lieux après l'examen de 88 dossiers d'homicides conjugaux et de tentatives d'homicides commises en 2015 et 2016 et définitivement jugés, afin d'identifier d'éventuelles failles.

Selon ce texte, il apparaît que dans 65% des cas d'homicide et de violences conjugales, la gendarmerie ou la police avaient été saisies. Les mains courantes et les procès-verbaux de renseignements judiciaires ne débouchent sur des investigations que dans 18% des cas. 80% des plaintes transmises au parquet sont classées sans suite.

Dans 41% des 88 homicides conjugaux et tentatives, la victime s'était déjà signalée.

"Très clairement, ça ne va pas. La chaîne pénale n'est pas satisfaisante. Ce rapport, comme je l'avais demandé, met le doigt sur les difficultés et les dysfonctionnements", explique la ministre dans une interview au JDD.

"Permettre à tout professionnel de santé de signaler les faits même en cas de refus des patientes"

Nicole Belloubet dit être "consciente de la...

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !