L'histoire se trouve au centre des premiers débats pour la présidentielle, où l'on voit les candidats chercher à rassembler autour de leur vision, en agitant parfois des spectres et en triturant toujours le passé pour en modifier la lecture.
Histoire et présidentielle : "Zemmour ou Rousseau, peser sur le présent en rejouant le passé"

Le scrutin présidentiel du printemps prochain ne menace guère d’être historique, c’est-à-dire, au sens classique du terme, générateur de bouleversements sociaux et politiques. Cependant, l’histoire se trouve au centre des premiers débats, où l’on voit les candidats, probables ou déclarés, chercher à rassembler autour de leur vision, en agitant parfois des spectres et en triturant toujours le passé pour en modifier la lecture.Ainsi Sandrine Rousseau est-elle parvenue à se hisser au second tour de la primaire écologiste en proposant une nouvelle grille de lecture de l’histoire de l’humanité, associant la prédation de la nature à la domination masculine et à l’oppression des minorités. Les espèces végétales et animales en danger seraient ainsi victimes d’un même prédateur que les femmes, les anciens peuples colonisés, les minorités sexuelles et les migrants.Le mâle blanc responsable de tous nos maux, c’est vraiment épatant, surtout si l’on considère que cette découverte permet d’exonérer la Chine, le Japon, la Corée, l’Inde et les pays de l’Asie du Sud-Est de leurs responsabilités face à la crise climatique. À gauche, les nouvelles lectures de l’histoire s’imposent d’autant mieux que...

Vous avez envie de lancer votre projet ? De créer votre entreprise ? Découvrez la formation prise en charge à 100% par l'état >