Selon le témoignage d'un détective privé au procès Weinstein, le producteur tenait une liste rouge de femmes susceptibles de le dénoncer et voulait enquêter sur elles. L'actrice Rosie Perez a par ailleurs témoigné au procès, assurant que son amie Annabella Sciorra lui avait parlé dès 1993 du viol dont elle se dit victime.
Harvey Weinstein avait une "liste rouge" de femmes susceptibles de le dénoncer

Harvey Weinstein voulait recueillir des informations sur les femmes susceptibles de le dénoncer, a raconté vendredi un détective privé lors de son audition à New York, au troisième jour du procès pour agressions sexuelles du producteur de cinéma, emblématique du mouvement #MeToo.

Le détective privé Sam Anson a expliqué avoir reçu un courrier électronique d'Harvey Weinstein mi-août 2017, un peu moins de deux mois avant la publication des révélations du New York Times et du New Yorker.

Weinstein voulait enquêter sur plusieurs femmes

Le message contenait une "liste rouge" de personnes sur lesquelles l'ancien patron du studio Miramax demandait au privé d'enquêter. Par téléphone il avait précisé sa requête. "Il disait qu'il s'inquiétait de la préparation d'articles évoquant son comportement sexuel de manière négative", a témoigné Sam Anson, qui a assuré ne pas avoir donné suite à cette demande.

Sam Anson a expliqué qu'Harvey #Weinstein l'avait appelé, puis lui avait envoyé par mail une liste de "red flags" (signaux d'alarmes), des personnes qu'il fallait appeler en premier. Parmi ces noms ? Annabella Sciorra, qui accuse le producteur de l'avoir...

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !