Après quatre mois de travail, la mission d'information du Sénat a rendu jeudi un rapport sur le harcèlement scolaire et le cyberharcèlement. Les parlementaires estiment que les dispositifs existants sont insuffisants face au harcèlement scolaire, qui concerne entre 6 et 10% des élèves selon eux.
Harcèlement scolaire : le Sénat réclame un renforcement des dispositifs d'alerte et d'écoute

Faire du harcèlement scolaire et du cyber-harcèlement une grande cause nationale, c'est l'objectif de la mission d'information du Sénat, qui vient de rendre son rapport jeudi 23 septembre après quatre mois de travail et une vingtaine d'auditions. Ces parlementaires rappellent que ces phénomènes n'épargnent aucun milieu social, aucune région, aucun établissement.

Le harcèlement scolaire concerne aujourd'hui entre 6 et 10% des élèves, selon ce rapport. La proportion grimpe à un quart des collégiens, lorsque l'on parle de cyber-harcèlement. Le constat est que les dispositifs actuels sont clairement insuffisants.

Détecter les "signaux faibles"

Les sénateurs avancent 35 propositions. Par exemple, faire apparaître les numéros d'urgence 3020 et 3018 dans les carnets de correspondance et les agendas, ou diffuser des spots d'information, notamment sur les espaces numériques de travail, pour expliquer vraiment ce qu'est le harcèlement. Le tout "pour que l'enfant sache qu'il est harcelé", résume Sabine Van Heghe, sénatrice du Pas-de-Calais et présidente de la mission. "Et sache aussi qu'il est harceleur, parce qu'ils ne le savent pas toujours", précise la...

Vous avez envie de lancer votre projet ? De créer votre entreprise ? Découvrez la formation prise en charge à 100% par l'état >