Accusé de harcèlement sur son ex-compagne, l'ancien élu du Médoc échappe toutefois aux trois ans d'inéligibilité requis.
Harcèlement : l'ex-député de Gironde Benoît Simian condamné à huit mois de prison avec sursis

Battu à plate couture dès le premier tour des législatives, l’ancien député Libertés et Territoires Benoît Simian vient d’être condamné pour des faits de harcèlement sur son ex-épouse ce jeudi 23 juin. Le tribunal correctionnel de Bordeaux lui a infligé une peine de huit mois de prison avec sursis accompagnée d'une interdiction de paraître au domicile familial pendant un an pour préserver la tranquilité de son ex-femme.En revanche, aucune peine d’inéligibilité n’a été prononcée par le tribunal estimant que les faits n'avaient pas de rapport avec sa fonction de député.À LIRE AUSSI : Investitures de candidats visés par une procédure judiciaire : le grand flou règne sur LREMSelon les informations de France Bleu, en quelques mois, le parquet avait relevé 41 faits de harcèlement à l'encontre de son ancienne compagne. Jugé en mai dernier pour répondre de ces accusations, dans le cadre d’un divorce houleux, Benoît Simian n'avait visiblement pas respecté l'interdiction de se rendre dans la résidence familiale déjà requise.L'homme politique devra se soumettre à une amende de 5 000 euros de préjudice moral et de 1 200 euros de frais d'avocats. Il n’envisage pas de faire appel.

Téléchargez votre guide mutuelle (gratuit) !