La grève battait son plein quand la Chambre régionale des comptes a dévoilé son rapport sur la gestion des déchets dans le département de la métropole marseillaise, le 4 octobre dernier. Dans ses conclusions, l'organisme de contrôle met en cause les décideurs locaux plutôt que les éboueurs.
Grève des éboueurs : la gestion de l’exécutif marseillais épinglée

Rendu public le 4 octobre, le rapport de la Chambre régionale des comptes (CRC) sur la « prévention et la gestion des déchets de la métropole Aix-Marseille-Provence dans le département des Bouches-du-Rhône », serait presque passé inaperçu s’il n’avait pas été dévoilé en pleine grève des éboueurs marseillais, suspendue le 8 octobre en vue des négociations.La principale revendication des grévistes ? Réduire leur temps de travail de 20 % au titre de la pénibilité, critère permettant de déroger aux 35 heures généralisées le 1er janvier prochain par la nouvelle loi de transformation de la fonction publique. Seule décisionnaire en matière de temps de travail, la métropole a consenti à réduire de 5 %, puis de 9,5 % la durée légale selon les termes d’un accord conclu le 1er octobre avec Force ouvrière, syndicat majoritaire. Pourtant, le rapport de la Chambre régionale des comptes pourrait donner des arguments aux délégués cégétistes, tenus à l’écart des négociations.Surcoût et manque à gagnerFrappée du sceau de l’échec par le fait qu’« aucune économie d’échelle n’a pu être réalisée », l’action de la majorité LR, aux manettes depuis la création de cette collectivité en 2015, est en effet...

Vous avez envie de lancer votre projet ? De créer votre entreprise ? Découvrez la formation prise en charge à 100% par l'état >