Des manquements en matière de radioprotection et de sûreté nucléaire sont pointés du doigt pour la deuxième année consécutive. "Ce n'est pas parce que les résultats sont sous la moyenne que la centrale n'est pas sûre", note cependant le gendarme du nucléaire.
Gravelines : le niveau de sûreté de la centrale nucléaire à nouveau épinglé par l'ASN

L'Autorité de sûreté nucléaire a de nouveau épinglé la centrale nucléaire de Gravelines (Nord) pour ses performances en matière de sûreté nucléaire et de radioprotection en 2021, jeudi 23 juin.

C'est la deuxième année consécutive que le gendarme français du nucléaire cible cette centrale, la plus puissante d'Europe occidentale. L'ASN a déclaré que ses performances "sont en retrait en matière de sûreté nucléaire et de radioprotection par rapport à l'appréciation générale que l'ASN porte sur les centrales nucléaires d'EDF", dans un communiqué.

L'autorité pointe du doigt des "pratiques ou comportements inadaptés". Elle cite l'exemple d'un agent qui a déclaré par anticipation qu'il avait visité un local, et qui ne s'y est finalement pas rendu. Le début de fuite qui avait lieu dans ce local n'a donc pu être constaté que le lendemain, entraînant la mise à l'arrêt d'un des six réacteurs.

"Le niveau d'exigence que demande l'ASN est élevé"

En 2021, l'ASN a recensé 11 événements significatifs, dont un en matière de radioprotection. Elle constate également que l'année a été marquée par "des prolongations importantes des durées d'arrêt pour...

Téléchargez votre guide mutuelle (gratuit) !