L'ancien proche de Gérard Collomb croit toujours pouvoir être élu maire de Lyon en portant une troisième voie entre la gauche et la droite. Il doute que ses adversaires soient capables de « tenir la barre », une fois élus
Georges Képénékian: «Dans cette période, on ne peut pas s’improviser maire de Lyon»

Les faits : A Lyon, le second tour des élections municipales opposera la liste d’union de la gauche emmenée par Grégory Doucet (EELV), celle de la droite renforcée par Gérard Collomb et celle incarnée par Georges Képénékian, qui fut maire de Lyon pendant le passage de son prédécesseur au ministère de l’Intérieur.

Au bout du fil, le maire de Lyon de 2017 à 2018 et candidat au second tour des municipales, Georges Képénékian est de bonne humeur. Il vient de participer à une réunion avec le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé. Ces prochains mois, l’OMS installera à Lyon une académie destinée à former ses cadres.

Malgré tout, la situation personnelle de Georges Képénékian est compliquée. Arrivé en quatrième position au soir du premier tour avec près de 12 % des voix, il fait face à deux puissantes alliances, celle de la gauche emmenée par l’écologiste Grégory Doucet et celle de Yann Cucherat, fruit du ralliement de Gérard Collomb à la droite de Laurent Wauquiez.

Vous vous présentez au second tour des municipales à Lyon coincé entre les blocs de droite et de gauche. Ne vous sentez-vous pas à l’étroit ?

...

Obtenez gratuitement votre guide mutuelle senior 2020 pour réaliser des économies !

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !