Un documentaire révèle les dessous de cette catastrophe survenue en 1999, jusqu'à l'ultime volet judiciaire en 2010.

FRANCE 3 - JEUDI 28 NOVEMBRE À 23 H 15 - DOCUMENTAIRE

Des regards vides, hagards… L’hébétude des 26 jeunes hommes d’équipage, tous indiens, qui viennent d’être sauvés, le 12 décembre 1999, de l’Erika en perdition, est symbolique de la catastrophe écologique en cours : un enchaînement d’impuissances et d’incompétences. Affrété par Total, le pétrolier sous pavillon de complaisance va se couper en deux et provoquer la plus grave marée noire qu’aient connue les côtes bretonnes. Vingt ans plus tard, avec le recul nécessaire pour dépassionner les paroles et reconnaître les erreurs, le documentaire de Lise Baron révèle les dessous de ce drame à rebondissements, jusqu’à l’ultime volet judiciaire, en 2010.

L’enquête débute par la chronologie des faits entre le moment où l’Erika a coulé et celui où les premières nappes de fioul ont touché les côtes, dix jours plus tard. Une inaction – le film ne le rappelle pas – qui a été violemment reprochée à l’époque à Dominique Voynet, alors ministre de l’environnement. Aujourd’hui, celle-ci invoque le manque d’informations ; aucune archive de catastrophes...

Obtenez votre guide mutuelle des seniors et profitez d'un accompagnement personnalisé !

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !