TÉMOIGNAGE - La France rend hommage ce vendredi 14 août aux six humanitaires français et deux Nigériens tués dans une attaque terroriste dimanche 9 août, lors d'une excursion touristique. Malgré le drame, les ONG veulent réaffirmer leur engagement au Sahel. Un travail "indispensable", selon Stéphane Besançon, de l'ONG Santé Diabète.
Français tués au Niger : les ONG restent présentes au Sahel "car elles n'ont pas le choix"

Depuis une dizaine d’années, le Sahel s’est transformé en porte d’entrée des activités terroristes. La zone, qui inclue le Mali, le Niger, le Burkina Faso, le Tchad ou encore la Mauritanie, est l’une des plus pauvres du monde et les humanitaires y sont devenus des cibles d'attaques. 

A l'heure de l'hommage aux six Français de l'ONG Acted et aux deux Nigériens tués le 9 août lors d'une attaque au Niger, des humanitaires appellent à poursuivre leur action au Sahel. Pour Stéphane Besançon, directeur de l’ONG Santé Diabète, implantée au Mali et au Burkina Faso, "le travail des humanitaires est indispensable." Plusieurs fois révisée, la carte des zones dangereuses du Sahel vient d'être modifiée par le quai d'Orsay à la lumière du drame. Une classification qui chamboule le travail des ONG, sans pour autant les faire fuir. Dans cette région, toutes "sont présentes en zone rouge" assure le biologiste de formation, car "elles n’ont pas le choix" (...)

Faites une action inoubliable : en savoir plus sur le leg Unicef

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !