De la fureur de vivre des raves des années 1990 à une chorégraphie éblouissante sur les métamorphoses du vivant, nos recommandations sur ces pièces qui inventent d'autres mondes.
Festival d’Avignon : le off illuminé par la poésie du monde

« Rave 1995 » : le « 120 battements par minute » des années technoLes idéaux des jeunesses du dernier demi-siècle ont tous eu leurs productions, de la contre-culture hippie des années 1960 aux tragiques années sida de la décennie 1980. Mais, jusqu’ici, un certain silence créatif frappe les années 1990 pourtant marquées en France par la montée en puissance de la culture hip-hop et de la techno. Ce sont justement les premières grandes raves, portant une utopie mêlant la fureur de vivre du « no limit » et l’épicurisme du « no future », que Pierrot Corpel et sa Compagnie A mettent en scène à travers l’histoire d’une bande de quatre lycéens électrisés par ces nouvelles fêtes.Jusque-là biberonnés à Jimi Hendrix et Led Zeppelin, l’arrivée de la techno est pour eux un choc esthétique… et sensoriel. Ecstasy, MDMA, cocaïne leur font découvrir une nouvelle dimension de laquelle on ne revient pas indemne dans le réel. Nous n’éventerons pas plus la trame très dense de cette création transportée par les scènes de fête, mais aussi, entre Minitel et cabines téléphoniques, par une plongée dans les années 1990 intelligemment servie par des archives – la superbe création visuelle a été assurée par...

En participant à notre grand jeu de l'été, remportez des chèques cadeaux d'une valeur de 500 € et un mois gratuit à notre offre de divertissement Hedony !